Dernières nouvelles

l'Afrique du Sud, du 19 mai au 6 juin

L'entrée en Afrique du Sud nous ramène un peu plus en Europe. A peine la frontière passée, une fois de plus comme une lettre à la poste, nous trouvons une station service, un bureau de change, un supermarché bien achalandé... une première ! C'est l'occasion de  refaire nos stocks : en effet, nous étions à sec depuis quelques jours ... 

Nous profitons de notre passage à proximité du parc Kruger pour le visiter. Malgré les nombreuses pistes empruntées, nous n'avons vu que très peu d'animaux sauvages. La végétation abondante à cette époque ne nous permet pas d'admirer autant d'espèces que prévu... Mais nous ne nous laissons pas abattre. Nous célébrons dignement l'anniversaire de Jehan avec un bonne entrecôte au barbecue. La viande est ici trois fois moins chère qu'en France et excellente... Pour l'occasion, nous avons invité nos amis Jim, Jack et Overmeer,  rencontrés en Afrique du Sud et avons passé avec eux une très bonne soirée !

Plus nous avançons dans le pays, plus nous nous rendons compte que la majorité des villages est alimentée en électricité. L'organisation des  projections devient donc plus délicate. Ceci ne nous empêche pas de passer de mémorables soirées et même de réaliser l'une de nos plus belles projections : une séance en petit comité dans un hameau du KwaZuluNatal.

Une famille Zulu, vingt personnes environ, nous accueille à bras ouverts, ravie d'avoir du cinéma à domicile. Ils nous offrent du bois pour faire une petite flambée et des nattes pour nous installer. Le lendemain, tout le monde revient autour de notre campement le sourire aux lèvres pour nous remercier : leur reconnaissance nous fait vraiment très plaisir ! Quelle bonheur pour nous de leur avoir apporté un peu de joie ! Nous avons tous été très touchés ; Jehan en particulier. C'est d'ailleurs dans ce village qu'il a décidé d'offrir son maillot de foot du PSG réservé pour son « village coup de cœur » !

Après les adieux chaleureux, le départ est aussi épique que la soirée fut bonne. En effet, notre beau 4x4, qui connaissait des petits problèmes de batterie, refuse de démarrer. Les jours précédents, nous avions pris soin de nous garer en haut d'une pente pour pouvoir repartir le lendemain mais cette fois-ci, impossible..... Toute la famille nous aide donc à pousser notre « légère » monture frisant les 3 tonnes... une fois.... deux fois... trois fois.... avant de réussir enfin à faire rugir le moteur...!!!

Après avoir remplacé la batterie, nous nous élançons dans la direction du fameux « Sani Pass ». Ce col, connu pour ses difficultés de franchissement, est le seul point d'accès à l'est du Lesotho et il n'est accessible qu'en 4x4. Avant de l'atteindre, il nous faut emprunter une petite route goudronnée, une bonne piste puis un chemin pentu coupé de guets... tout ceci dans un paysage de montagne magnifique... Que du bonheur ! et quel spectacle !

Au poste frontalier, une vue imprenable sur le la vallée s'offre à nous. Nous poursuivrons notre route dans ces paysages hors du temps, bordés de huttes et de troupeaux de bétail. Les chèvres et les moutons sont gardés par des bergers vêtus de chaudes couvertures hautement symboliques : ces étoffes sont portées selon le rang social ; par exemple, les motifs représentant des épis de maïs (symbole de fécondité et de prospérité) sont réservés aux chefs... Devant le froid hivernal, nous nous sommes équipés de couvertures mais qui n'avaient d'autre motif que quelques bandes grises clair sur un fond gris foncé... rien de très glorieux !!!

En sortant du Lesotho, nous nous dirigeons vers la région du Cap. Les paysages de prairies montagneuses laissent place aux côteaux plantés de vignobles. Mais, avant de goûter les fameux vins du « Western Cape », nous avons traversé le « Petit Karoo » : désert parsemé de fermes d'autruches. Nous nous sommes d'ailleurs arrêtés dans l'une d'elles pour y acheter des steaks. Eh oui.... si Etienne n'a pas son morceau de viande quotidien, rien ne va, la journée est foutue et son moral en prend un coup !!!! 

C'est dans cette ferme que nous avons pu faire une petite séance de rodéo.... c'était juste à mourir de rire... Oui, oui, vous avez bien compris : nous sommes montés à dos d'autruche !!!! Un court instant certes.... mais ce fut mémorable !!!! En fait, une fois que nous sommes installés sur le dos de l'"oiseau", l'éleveur enlève le sac que l'autruche a sur la tête (qui fait qu'elle se tient tranquille...) et là, elle part dans tous les sens, courant, zigue-zaguant.... ou stoppant net pour essayer de se débarraser de nous ! Nous, nous n'avons que ses ailes pour nous tenir et ça ne fait pas beaucoup. Le temps de tenue en "selle" est très court....  surtout pour Marie-Astrid... la vilaine bestiole l'a projetée dans un mur ! Plus de peur que de mal pour elle mais que de rires pour nous !

 

 

 

 

C'est à Stellenboch que nous faisons notre dernière projection. Une séance particulière dans une salle d'étude dédiée aux enfants du personnel d'un domaine viticole. En Afrique du Sud, les écoles sont fermées pendant un mois pour la coupe du monde ! L'équipe Ciné-Rêve arrive donc à point nommé pour distraire un peu les écoliers forcés à faire l'école buissonnière...

 

 

Nous rendons ensuite une petite visite au "Cap of Goog Hope" où nous en profitons pour faire quelques dernières photos, rendre visite aux pingouins et déguster une bonne dernière entrecôte !

Nous savourons tout particulièrement ces moments avant d'aller conduire, le cœur gros,  notre voiture et tout le matériel au port du Cap.

D'ici peu nous serons de retour en France et même si l'idée de vous retrouver nous réjouit, c'est avec un gros pincement au coeur que nous monterons dans l'avion....

Le Malawi, du 5 au 11 mai

 Le Nord du Malawi

Nous avons passé la frontière du Malawi tard dans l'après-midi. A la nuit tombée, nous demandons l'hospitalité dans un village. Nous sommes tellement fatigués que, pour la première fois, nous ne parlons même pas de cinéma. Le propriétaire des lieux nous offre spontanément et très gentillement un bout de terrain. Devant l'accueil chaleureux des habitants et leurs sourires « colgate » l'équipe Ciné-Rêve craque et sa fatigue retombe.... Ce soir, nous avons décidé d'innover car ici, tous ont l'air de parler et de bien comprendre l'anglais. Nous projetons donc "Pirates des Caraïbes" au pied d'un magnifique baobab. C'est un succès total ! Petits et grands sont suspendus au film. Charlie est détrôné. On nous offre des bananes.... c'est de bonne augure pour la suite de notre voyage au Malawi.

 

Le lendemain, dès 6h, nous entendons les enfants rôder autour du 4x4... curieux devant une telle installation. On nous explique qu'ils sont censés aller à l'école mais qu'ils n'iront pas car ils préfèrent regarder le réveil des « Msungu » (nom que l'on donne aux Blancs). Bel exemple d'éducation de la part de Ciné-Rêve !

Nous reprenons la route en direction de Livigsontonia. Nous entraînons le 4x4 et la moto sur une superbe piste : des cultures verdoyantes habillent de petites collines ; ici et là on peut admirer des enfants jouant avec un cerceau, des femmes faisant la lessive, des hommes jouant aux dames. Tout est super paisible. Plus on s'enfonce dans la brousse et plus les acclamations redoublent. On se prendrait facilement pour Jacques Chirac au salon de l'Agriculture !

    

Le soir nous bivouaquons dans un endroit désert. Il est 17h : c'est la première fois que nous nous arrêtons si tôt. Nous dînons aux chandelles sur la structure : le soleil se couche, une petite brise nous chatouille le visage, ce moment de calme nous fait le plus grand bien. Si nous aprécions beaucoup le contact avec les habitants et la population locale (nous sommes d'ailleurs venus en Afrique pour ça !) nous savourons aussi de temps à autre nos rares moments d'intimité. Marie-Astrid peut enfin inaugurer sa douche solaire, Cyril-Gonzague essaye avec patience d'avancer ses mots croisés (mais Amélie n'est plus là pour lui souffler les réponses....), Jehan écrit ses mémoires et Etienne bricole sa moto.

Le lendemain, frais et dispos, nous poursuivons la piste en direction du lac Malawi. Le paysage est tellement magnifique que Marie-Astrid aimerait bien en profiter et faire le trajet sur le toit du 4x4. Etienne l'aide à grimper et tout d'un coup... il la lâche. Marie-Astrid tombe donc de 2 mètres de haut et vient s'encastrer dans la structure de la moto à l'arrière du 4x4 !!!!! Etienne est mort de rire et quelque peu désolé, Jehan en profite pour filmer la scène et Cyril-Gonzague au volant, klaxonne et s'impatiente en maudissant ceux qui mettent trois heures à monter sur le toit du 4x4 ! Finalement Etienne aide Marie-Astrid à sortir de la structure. Elle s'en sort heureusement avec juste un bleu mais retient ses compagnons de route pour leur manque de compassion.... c'est dans des moments comme ça que la compagnie d'Amélie lui fait le plus défaut !

 Cette petite anecdote nous en rappelle une autre où Etienne avait fait preuve aussi d'une grande attention envers son épouse chérie.... en Ethiopie, il l'avait fait monter derrière lui et pour lui faire gouter les joies du hors piste, il l'avait emmener loin des sentiers battus.... Attention !!!!! branche devant !!!!! Etienne se baisse..... mais oublie bêtement de prévenir Marie-Astrid qui se mange la branche en pleine face....

Que tout le monde se rassure.... Etienne ne bat pas Marie-Astrid loin de là ! Et même si la photo est impressionnante, la petite blessure de Marie-Astrid a cicatrisé très vite !!!!

 

Le long du lac Malawi

La nuit tombant, nous cherchons un petit village sur la route bordant le lac Malawi. Nous discutons avec un pêcheur assis au bord du chemin et en profitons pour lui proposer une projection. Il est très intéressé mais l'étroitesse de l'accès à son village nous inquiète. En effet, pour atteindre le rivage, il nous faut emprunter un petit passage bordé de plants de pommes de terre. Avant de nous lancer, nous demandons l'accord du propriétaire et nous nous assurons de ne pas avoir de reproches si nous endommagions ses cultures. Nous passons finalement sans rien abimer.

C'est l'un de nos meilleurs spots. Les 4 roues dans le sable et les pieds dans l'eau nous regardons "Pirates des Caraïbes". Il y a au moins 200 personnes. Ils sont tellement ravis qu'ils nous demandent de projeter des films toute la nuit !

Le lendemain nous essayons de quitter relativement tôt ce lieu de rêve mais des petits ennuis commencent. Le mari de la propriétaire du champ de pommes de terre nous réclame de l'argent pour être passés dans son champ. Pour nous amadouer, il nous fait croire que sa femme est en pleurs à cause de nous. Peinés, nous allons la rencontrer et sommes surpris de la trouver très souriante, encore émerveillée par le film d'hier soir... Ah la la la.... ces hommes....!!!!!! si on les croyait, il faudrait presque les payer pour les écouter parler !!!!!!

 

Le Sud du Malawi

Nous continuons à longer le lac jusqu'à Lilongwe, la capitale du Malawi. Nous nous arrêtons au camping où nous faisons connaissance avec des congénères baroudeurs. Nous discutons avec un couple d'Allemands et leurs deux enfants : ils font un voyage d'un an avec un énorme truck de pompier actuellement en panne.... intérieurement, nous nous félicitons d'avoir acheté Titine qui, pour l'instant, ne nous a pas fait défaut !

Le lendemain « on the road again » direction Blantyre. Nous passons devant un marché. Marie-Astrid et Jehan en profitent pour acheter quelques fruits et légumes. Quand, soudain, le regard de Jehan est attiré par un tas de crevettes grillées..... déjà, il salive en pensant à l'apéro de ce soir. Ni une ni deux, il dégaine son portefeuille et achète un gros sac de crevettes. Tout heureux, il revient en brandissant fier comme un pape ses crustacés. Le reste de l'équipe est sceptique.... puis morte de rire quand Jehan essaye de croquer dans une crevette et qu'il ne trouve rien d'autre à manger que la carapace ! Et oui, ce ne sont pas des crevettes bien pleines mais des déchets de crevettes que les pêcheurs achètent pour attirer le poisson..... pour le coup, ils ont ferré un bien gros poisson... Mais Jehan ne se laisse pas abattre, il retourne au marché avec Etienne et échange ses « crevettes » contre deux noix de coco. Il ressort tout de même vainqueur de l'histoire avec juste une petite odeur de poisson sur les mains ! Mais tout va bien, l'honneur est sauf !!!!

Juste une petite remarque, spécialement pour Lari Modi : grâce à toi et à ta générosité, nous n'avons pour l'instant jamais eu besoin d'acheter de boissons !!!! Nous ne faisons que puiser dans les réserves de ce que tu nous a donné à Djibouti ! Encore un immense merci !!!!!

Le soir nous nous arrêtons dans un petite village pour une projection. On propose une nouvelle fois Charlie. Si les Massais au Kenya avaient pris Marie-Astrid pour un animal, ici on pense qu'elle est « le fils de Jehan »! elle commence à se poser des questions sur sa féminité !

 

 

La frontière avec le Mozambique

Nous nous levons à l'aube car nous espérons passer la frontière dans la journée. Nous mettons le 4x4 à l'épreuve sur des pistes sinueuses. A peine le temps de s'arrêter pour déjeuner : pas le temps de faire cuire des pâtes... nous mangerons des Corn Flakes sans lait ! Un régal ! Après 80 kms de piste, nous apprenons que le pont que nous devions emprunter s'est effondré.... nos espoirs de passer la frontière aujourd'hui s'effondrent avec.... nous devons donc faire demi-tour et remonter vers le Nord : productivité 0, une journée de perdue, 200 kms de détour ! Super ! Pour couronner le tout, Etienne casse son embrayage de moto. Heureusement, sa voiture d'assistance est là.....

Une demi heure plus tard nous reprenons la route. Mais la journée n'est pas terminée... notre motard préféré glisse sur une dalle de béton et chute dans une flaque d'eau. Résultats : un bel hématome, des égratignures un peu partout, la poignée de frein cassée et le repose-pied tordu..... La casse est limitée, il n'allait pas trop vite.... il a beaucoup de chance car il aurait pu se faire vraiment mal. Grâce à ses deux assistants techniques et son infirmière, Etienne repart d'un bon pied.

Le soir nous trouvons l'hospitalité dans une explotation de canne à sucre. Nous sommes épuisés mais ne pouvons nous empêcher de proposer une projection. Ce sera "Pirates des Caraïbes". C'est à nouveau un succès, plus de 200 personnes sont scotchées à l'écran.... Le film terminé, les spectateurs restent, trop curieux d'observer nos faits et gestes.... nous rangeons le matériel, sortons nos tentes, préparons notre diner, dinons.... tout ça sous leurs yeux ébahis ! C'est très impresssionant pour nous aussi ! Ils ne se lassent pas de nous regarder et de discuter entre eux : ce qu'ils observent là est bien mieux qu'un film !!!!! L'équipe Ciné-Rêve est fière de vous annoncer qu'elle est devenue, à son insue, producteur, réalisateur et acteur !

Le matin, nous reprenons la route pour passer la frontière à Villa Nova dei Fronteira. Le village ressemble à Tchernobyl, les bâtiments sont désaffectés, les maisons sont sans toit et les rues sont vides. RAS pour la frontière, nous passons comme une lettre à la poste.

Nous quittons le Malawi avec un petit pincement au cœur. C'est notre pays coup de cœur, la pépite de Ciné-Rêve. C'est un petit pays qui regorge de charmes, de richesses et de gentillesse. Nous avons beaucoup apprécié le contact avec la population toujours prête à nous accueillir et à échanger. Nous sommes aussi ravis car nous avons pu à nouveau faire de nombreuses projections et ainsi apporter un peu de rêve et de magie, comme nous l'avions tant espéré !

 

L'équipe Ciné-Rêve est aujourd'hui en Afrique du Sud, elle vient de terminer sa traversée du Mozambique.... le prochain billet ne devrait donc pas tarder !!!!! Par contre, c'est sûr, Amélie est définitivement coincée en France, son médecin ne veut pas la laisser rejoindre le reste de l'équipe.... nous sommes tous très déçus mais elle continue à participer autant que possible à l'aventure : elle gère les contacts avec les ambassades, le site internet, les photos, les vidéos, etc...

Merci beaucoup pour vos messages et commentaires, n'hésitez pas à aller voir les nouvelles vidéos et à bientot pour de nouvelles aventures !

Juste une dernière petite note en rapport avec le précédent sondage... Vous avez été tous très lucides et nous avons été bluffés de voir votre perspicacité  puisqu'à 49% vous avez vu juste !!!! Effectivement, c'est bien Cyril-Gonzague, ce beau gosse, qui a emporté le plus d'affaires de rechange !!!! Après avoir fait la morale aux filles, leur expliquant que trois ou quatre polos suffiraient largement pour notre périple, nous nous sommes rendus compte à Dar El Salam, en faisant la lessive, que Cyril-Gonzague avait emporté 18 polos et T-Shirt !!!!!!! Vous y croyez vous ????? 18 polos ! il faut le faire quand même ! Sacré Zig-Zag, va !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×